Bien Construire Ma Future Maison

Toit plat ou toit en pente ?

toit plat ou toit en penteLorsque l’on imagine sa future maison, on y projette toutes sortes de rêves et de représentations, qui déterminent nos choix esthétiques. Parmi les questions qui se posent aux acquéreurs d’une maison neuve, le choix du type de toiture est important : toit plat ou toit en pente ?

Certains préfèrent une toiture traditionnelle, à deux ou à quatre pentes, quand d’autres ne jurent que par le caractère contemporain du toit plat.

Voici quelques éléments techniques et architecturaux pour les départager et vous aider à faire votre choix concernant la toiture.

Toit plat ou toit en pente ? Une question de style… et de PLU

 

toit plat ou toit en pente
Le modèle Concorde de Maisons Berval, avec une toiture traditionnelle à deux pentes.

 

Les amateurs des toitures traditionnelles choisissent le plus souvent une toiture à deux pentes, mais aussi parfois à quatre pentes, pour un style plus cossu ou pour des raisons de conformité avec l’architecture locale par exemple.

Depuis quelques années, les toitures plates sont de plus en plus prisées par toit plat ou toit en penteles acquéreurs d’une maison neuve, mais aussi de plus en plus autorisées.

En effet, si les particuliers sont séduits par le style contemporain, la réglementation en matière d’urbanisme, le Plan local d’urbanisme, propre à chaque commune ou communauté de commune, a longtemps interdit les maisons à toit plat.

« La tendance change aujourd’hui, et les communes les autorisent de plus en plus, soucieuses de se conformer aux tendances actuelles et de répondre à la demande de leurs habitants », selon David Lacroix, président de Maisons Berval, constructeur de référence en Île-de-France.

Type de toiture et agencement intérieur

Le plan intérieur d’une maison est en partie conditionné par le type de toit.

Un toit plat permet un agencement plus libre : il est plus facile de donner une forme singulière à une maison à toit plat, un des atouts qui séduisent les acquéreurs d’une maison contemporaine.

Il est notamment possible de concevoir des volumes en décroché sans que cela suppose des raccords de toiture, qui demandent temps et savoir-faire, et sont vecteurs d’infiltrations et de ponts thermiques.

 

toit plat ou toit en pente
Le modèle Dauphine de Maisons Berval, avec un toit à quatre pentes.

 

Un toit en pente traditionnel, s’il suppose une architecture parfois moins « souple », permet de disposer de combles aménagés, ou aménageables plus tard, en fonction des besoins ou de l’évolution du foyer.

Les combles constituent un espace supplémentaire non négligeable, à disposition pour augmenter le nombre de pièces et réorganiser le plan de la maison.

Pour surélever une maison avec un toit plat, il faudra réaliser une extension, opération complexe, qui nécessite un permis de construire et un investissement conséquent.

Matériaux et performance énergétique

Toit plat ou toit en pente ? L’évolution des matériaux rend les deux types de toiture performants, mais avec quelques différences cependant.

Avec le développement des toit plats, les techniques et les matériaux ont évolué et se sont améliorés, palliant les inconvénients initiaux des toitures plates (infiltrations, évacuation des eaux pluviales, accès et portance, vieillissement, etc.).

Le toit plat accuse une très légère pente qui permet l’évacuation de l’eau par un exutoire prévu à cet effet.

Par ailleurs, l’étanchéité est aujourd’hui parfaitement maîtrisée, et ce d’autant plus que la réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, impose aux constructeurs de construire des maisons très bien isolées et performantes en matière énergétique et thermique.

 

Le modèle Tertre de Maisons Berval, avec un toit plat et des volumes décrochés
La maison Tertre de Maisons Berval, avec un toit plat et des volumes décrochés

 

Cela dit, un toit en pente affiche une meilleure performance thermique qu’un toit plat pour un budget équivalent. En effet, une toiture traditionnelle permet une isolation thermique plus épaisse et donc plus performante sous les combles.

L’isolation d’un toit-terrasse est plus contraignante, et dispose d’un espace réduit, entre le plafond et le revêtement du toit terrasse. Les isolants sont de fait moins épais, et donc moins efficaces à prix équivalent.

Le toit plat plus cher que le toit en pente

La réalisation d’un toit plat est un peu plus complexe que celle d’un toit en pente.

Une toiture terrasse exige une charpente adaptée, des murs plus hauts et un enduit d’étanchéité qui constituent un surcoût par rapport à un toit en pente.

Cela dit, David Lacroix, fort de son expérience, nous rappelle aussi que « dans certaines régions (en montagne ou en zone littorale par exemple), le PLU est contraignant pour les toits en pente aussi, et impose des techniques coûteuses (tuiles crochetées pour résister au vent, écran de sous-toiture, pente spécifique, etc.). »

toit plat ou toit en pente
La maison Bagatelle de Maisons Berval, avec une toiture double à quatre pentes.

 

Alors, toit plat ou toit en pente? Il ne reste plus qu’à choisir…

 

Retrouvez d’autre maisons signées Berval sur le site du constructeur

 

Categories Actualités, Conseils pour faire construire, Construire, Styles et architectures